Yvan LOUFRANI : « Le normal, ça m’insupporte complètement ! »

Catégories Les Grands Témoins Publié le Le

Yvan LOUFRANI est connu et, parfois, redouté des étudiants de l’IGS-RH. La matière qu’il enseigne ? Le Droit Social ! Juriste, Docteur en Sciences de Gestion, gérant d’un cabinet conseil, ce stakhanoviste publie également des articles sur Café Tripalium et rédige pour les plus grands quotidiens nationaux. Aujourd’hui, les rôles sont inversés pour ce grand féru de quizz, puisque LE Questionnaire a frappé ! Découvrez, sans plus attendre, ses réponses.

Quelle est la situation la plus insolite à laquelle vous avez été confronté, au cours de votre carrière dans les Ressources Humaines ?

Le cas d’une transaction. Je faisais un cours sur le harcèlement moral, et c’est une stagiaire qui a donné son cas en exemple. Qu’a-t-elle fait ? Hé bien elle a dit qu’elle avait profité de la nouvelle législation, pour gagner de l’argent, et elle s’en est vantée devant tous les étudiants.

Elle travaillait avec un Directeur commercial et l’accompagnait dans tous les rendez-vous. C’est elle qui gardait les facturettes et les notes d’hôtel. À un moment, le Directeur commercial a désiré la muter. Je tiens à préciser qu’il ne s’est jamais rien passé entre eux.

Il la mute, mais elle lui dit : « Mon Coco, ça ne va pas se passer comme ça ! » et elle lui produit les notes d’hôtel et les frais en disant : « Voilà, aujourd’hui il y a plusieurs faits qui pourraient laisser présumer un harcèlement, si je les produisais. Donc si tu ne veux pas que je les produise, il faudrait que l’on trouve un arrangement, car, tu ne l’ignores pas, il y a un renversement de la charge de la preuve. Si je te fais un procès, tu vas perdre. Alors combien ? ». Elle va lui faire un chantage et le Directeur commercial, qui était censé être l’harceleur, a dû payer pour qu’elle ne lui fasse pas de procès.

Quel est le mot que vous utilisez le plus, au quotidien, dans le cadre de votre travail, et pourquoi ?

Plusieurs mots. « Licéité ». « Morale ». Beaucoup de gens confondent le Droit et la Morale, et donc chaque fois il faut que je leur explique que ce qui est moral n’est pas forcément légal, et que ce qui est légal n’est pas forcément moral. Donc, leur expliquer la différence avec la licéité. Cela retombe toujours sur un problème d’éthique. Donc ce sont les mots « morale », « éthique » et « légal ».

Quelle a été la première fois où vous vous êtes senti utile, en travaillant dans les Ressources Humaines ?

Pour éviter un plan social, j’étais Conseil social d’une grande entreprise, et ils avaient décidé de diminuer les effectifs pour des problèmes de rentabilité interne. Ils m’ont demandé de leur faire une formation pour leur expliquer où ils en étaient, et je leur ai montré, par A+B, chiffres à l’appui, le coût des licenciements qu’ils allaient perdre, puisqu’ils n’avaient pas de motif économique. Ils ont, finalement, compris ce qu’était un motif économique et ils ne l’avaient pas.

J’ai pu, donc, faire retarder le projet de licenciements de deux ans pratiquement, le temps qu’ils bétonnent, et qu’ils arrivent à trouver un projet qui puisse rentrer dans le cadre légal. Là, je pense que j’ai été assez utile.

La seconde fois, je m’occupais du rachat d’une banque qui était à Paris, qui avait racheté un groupe de crédits américain et ils voulaient faire un plan social. Pour la première fois, j’ai convaincu les Américains que l’on pouvait faire ce que l’on voulait, en France, mais avec le carnet de chèques. Ils m’ont juste posé une question : « Combien ? ». J’ai provisionné le maximum, pour des transactions. Ils ont commencé les entretiens et nous n’avons pas eu un seul contentieux. On n’a pas eu un prud’hommes, pas un seul ! On a licencié toutes les personnes, sans plan social et, en plus, ils ont fait des économies sur le coût transactionnel ! Comme j’ai provisionné au maximum, et qu’ils étaient contents, j’ai même eu un pourcentage sur les économies.

Quel est le mot que vous détestez le plus entendre, dans votre travail, et pourquoi ?

C’est « normal » ! C’est « évident » !  Si vous me dites que c’est normal, c’est qu’il y a une norme quelque part. Est-ce que vous pouvez me montrer la norme ? Le normal, ça m’insupporte complètement. Moi ce qui m’intéresse c’est le légal mais pas le normal. De même l’anormal. Qu’est-ce que l’anormal ? Est-ce par rapport à mon vécu ? Pourquoi j’estime que quelque chose est anormal ? Où est la norme ? « Normal », ça m’insupporte ! Il n’y a rien de normal.

Vous êtes DRH, votre PDG (ou un génie) vous accorde un vœu. Quel serait votre vœu ?

Abolir le salariat et donner à tous les indépendants la même protection sociale que les salariés. De faire de chaque indépendant quelqu’un de responsable de sa vie, quelqu’un d’autonome. Arriver à créer une société dans laquelle ce sont des nœuds contractuels entre les personnes et enlever ce concept de subordination qui, pour moi, n’est plus du tout au goût du jour. Avoir quelqu’un qui dirige, quelqu’un qui obéit, c’est terminé dans la société 2.0. Il faut arriver à une société en réseaux, mais en réseaux contractuels où chacun trouve son avantage, de manière équilibrée.

NOTEZ CET ARTICLE : 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles
Chargement

A découvrir dans la même rubrique